31-08-07

Russische activiste Larisa Arap werd in de psychiatrie gestoken


Russische activiste Larisa Arap die psychiatrische misbruiken aankloeg, werd in de psychiatrie gestoken

1.Larisa-Arap.Kasparov.ruDe psychiatrie wordt overal ter wereld gebruikt om gewone mensen en activisten het zwijgen op te leggen...

----------

Kritische Russische journaliste kreeg in instelling 'de ene injectie na de andere'

Moskou - de Zopas vrijgelaten Russische journaliste Larisa Arap werd in een psychiatrische kliniek zo gedrogeerd 'dat ik amper kon lopen of praten'. Arap deed haar verhaal in de Britse krant 'The Independant'.

'Ik voel me niet erg goed, maar ik ben een vechter', vertelt Larisa Arap, die na een kritisch artikel 46 dagen zonder enige medische grond geïnterneerd werd. 'Ik kreeg de ene injectie na de andere. De pillen werden me door de strot geduwd.' Welke medicatie ze kreeg, en of die voor permanente schade zal zorgen, weet de journaliste niet.
Arap werd 46 dagen opgesloten in twee psychiatrische ziekenhuizen nadat ze in een artikel bericht had over kindermisbruik in diezelfde instellingen. Het feit dat ze ook lid is van oppositiepartij Verenigd Burgerfront speelde evenmin in haar voordeel.
Arap merkte op dat heel wat mensen in de instelling behoorlijk normaal leken, in tegenstelling tot de manier waarop het personeel met de patiënten omging. 'Ze riepen, ze sloegen, ze verkrachtten, ze gaven injecties tot de patiënten erbij liepen als zombies'. Arap vertelde ook over een vrouw die weigerde een verzorger te masseren, waarop die ermee dreigde haar organen te laten wegnemen. Kinderen kregen 'therapie' met electroshocks. Ook Arap werd geslagen in de instelling.
Dankzij de acties van haar man en dochter, gesteund door enkele mensenrechtenorganisaties, zag de instelling zich gedwongen Arap vrij te laten. 'Ik ben klaar om deze zaak voor de rechter te brengen.'

De Morgen - 25.8.2007


Een Russische activiste van het Verenigd Burgerfront van schaakgrootmeester Gary Kasparov is maandag na een 46 dagen durend gedwongen verblijf in een psychiatrische kliniek vrijgelaten. Dat heeft een woordvoerster van Kasparovs partij gezegd.
Larisa Arap werd vrijgelaten uit een inrichting in de stad Apatity, ongeveer driehonderd kilometer van Moermansk. Ze mocht de kliniek verlaten, nadat mensenrechtenombudsman Vladimir Loekin haar geval had onderzocht en geen reden voor dwangverpleging had gevonden. In een telefoongesprek met een woordvoerster van het Verenigd Burgerfront in Moermansk zei Arap dat ze tegen haar wil was vastgehouden in de kliniek en dat ze met drugs was geïnjecteerd.

De 48-jarige Larisa Arap, lid van de afdeling Moermansk van het Burgerfront, werd op 5 juli tegen haar wil door de politie in een ambulance meegenomen en in een gesloten psychiatrische inrichting geplaatst. Volgens medestanders was haar opname een wraakactie van een arts in Moermansk. Die had haar herkend als de auteur van een artikel over kindermisbruik in een plaatselijk psychiatrisch ziekenhuis.

De zaak van Arap heeft veel belangstelling getrokken van mensenrechtenactivisten.
Tijdens het sovjettijdperk werden dissidenten geregeld in gesloten psychiatrische klinieken opgesloten.

De Pers - 20 augustus 2007
http://www.depers.nl/buitenland/94105/Kliniek-laat-politi...

01:03 Gepost door Jan Boeykens | Permalink | Commentaren (1) |  Facebook |

Commentaren

Psychiatrie en fraude De psychiatrie als vorm van oplichting.
La Libre Belgique, de franstalige krant die bovenal de gevestigde waarden verdedigt, stijgert en noemt het een 'afrekening'...
-----

Une exposition "anti-psy" très discutable


La scientologie règle ses comptes avec la psychiatrie, au coeur de Bruxelles, par le biais d'une "commission de citoyens"... qu'elle a créée.
Veut-elle recruter donateurs et sympathisants ?
Elle a en tout cas oublié de se présenter ouvertement...


Le titre de l'exposition qui occupe, depuis le 12 septembre, un espace central de la "Galerie Louise", au coeur de Bruxelles, à 150 mètres du palais de justice, est beaucoup plus anodin que le contenu de ladite expo. En effet, quand l'affiche évoque les "abus" de la psychiatrie, c'est en réalité à une attaque en règle que la "Commission des citoyens pour les droits de l'homme" (CCDH) se livre dans ses 14 "tableaux" télévisés (et dans d'autres, en carton).

"Industry of Death"

Pour elle, et pour résumer, la psychiatrie est une "fraude". Il faudrait admettre "l'horrible vérité" à son sujet, qu'elle n'existerait "que pour l'argent", qu'elle tuerait davantage que les guerres, aux Etats-Unis par exemple avec 1,1 million de décès dans les hôpitaux psychiatriques - malgré un coût des soins de 69 milliards de dollars par an.

Cela va même jusqu'à mettre en scène le régime nazi pour critiquer la psychiatrie moderne, jusqu'à l'affirmation de liens prétendument coupables entre cette science en général et l'industrie pharmaceutique ("Industry of Death"), ou encore à la mise en cause virulente de médicaments (Serentil, Zyprexa, Ritalin, Xanax, etc.). Il est même question d'un "plan d'ensemble pour dominer la culture", quand ce ne sont pas des "asiles d'aliénés" ayant pour rôle "d'assujettir le malade mental".

Vraiment, on en passe et des meilleures, car il faut des dizaines de minutes pour recevoir tous les messages délivrés par la CCDH, avant d'en arriver au 14e écran de TV, qui présente cette "commission" et indique comment on peut agir (contre la psychiatrie s'entend). Ensuite, la sortie... où le visiteur peut encore répondre à un questionnaire apparemment anodin, mais où il est invité à livrer ses coordonnées, avec acceptation éventuelle qu'elles figurent dans le fichier de la CCDH. Mais où donc est le problème, hormis une opposition viscérale à la psychiatrie ?

Eh bien, comme c'est dit très brièvement dans le même dernier tableau 14, c'est que la CCDH a en réalité été créée par l'"Eglise" de scientologie, restant ensuite son satellite (elle avait d'ailleurs été perquisitionnée en même temps que la scientologie par le juge Van Espen, en 1999, en Belgique).

Or cette "Eglise" est tenue dans plusieurs pays pour une secte. Le Parlement belge l'avait évoquée comme telle, lors d'une commission parlementaire de 1997. Plus proche dans le temps : on avait appris voilà peu (LLB 4/9) que 14 personnes (morales et physiques) appartenant à la scientologie belge ou la constituant (y compris l'ASBL "Scientologie de Belgique") étaient poursuivies pour plusieurs faits relevant du droit commun. Le parquet fédéral venait de tracer son réquisitoire en demandant que ces 14 inculpés (certes présumés innocents) soient jugés pour (en tout ou en partie) extorsion, escroquerie, exercice illégal de la médecine, entrave à la pratique de la médecine, non-assistance à personne en danger, infractions à la loi sur le commerce, infractions à la loi sur le respect de la vie privée, association de malfaiteurs et, enfin, organisation criminelle.

On est donc surpris qu'une exposition, haineuse à dire vrai et mise en place sinon par l'"Eglise", du moins par une de ses émanations, trouve place à Bruxelles sans susciter de réactions. Après tout, les "psys" y sont insultés et la santé des gens, mise en danger. On peut en tout cas le craindre, puisqu'il y a appel au boycott d'une branche majeure de la médecine et que cet appel vise aussi des personnes fragilisées, plus concernées par la psychiatrie.

La Galerie pas avertie

Quant au visiteur "sensibilisé" par l'exposition, il fera bien de réfléchir avant d'aider la CCDH, comme cela lui est proposé, en devenant membre ou en ouvrant son portefeuille ("Vos contributions sont beaucoup appréciées"). Car il enrichirait la galaxie scientologue et s'avancerait dans un voyage aux rives masquées...

A propos de masque, nous avons demandé à l'organisatrice de l'événement, côté "Galerie Louise", si elle avait été avertie de la mouvance réelle de son exposant. "Vraiment pas et j'en suis désolée", nous a-t-elle répondu lundi avec sincérité, en précisant ne pas vouloir soutenir ce genre de choses.


Roland Planchar
La Libre Belgique
18/09/2007

Gepost door: Rudi Claessens | 18-09-07

Reageren op dit commentaar

De commentaren zijn gesloten.